Rassemblement des Équipes du Rosaire du diocèse de Belley-Ars le 14 mai 2011

Un rassemblement riche en intervenants, enseignements, échanges, moments de prières.

C’est d’abord Chantale Courtin (responsable diocésaine) qui introduit la journée par un mot d’accueil pour :

rappeler pourquoi ce rassemblement,

présenter les différents intervenants et les membres du bureau,

donner des nouvelles des Equipes en place dans le diocèse,

et souhaiter la bienvenue à tous sans oublier ceux qui sont venus pour connaître notre Mouvement.

Pourquoi avoir choisi Cerdon ? Parce ce que ce village est imprégnée de présence mariale :

par les Dominicaines de l’Eucharistie nouvellement installées dans le village,

le village est sous la protection de la Vierge Marie avec la statue de Notre-Dame de Carmier sur la colline où cinq bougies sont éclairées tous les soirs par les villageois à tour de rôle, quelque soit le temps.

la Vierge est apparue plusieurs fois au vénérable Père Jean-Claude Marie Colin qui a fondé « La Société de Marie » à l’origine de la Famille Mariste.

La journée s’est poursuivie avec la méditation du Mystère de l’Annonciation… Ce mystère nous dit comment Marie était tout accueil, disponible… « Comme une fleur ouverte au soleil ». Marie attendait la manifestation de Dieu et, même si elle ne l’envisageait pas ainsi par elle, à cette attente imprévue elle a su dire « oui ». L’attente créé un désir en nous.
Le Seigneur donne ses grâces quand Il veut mais il faut qu’il y ait en nous ce désir de recevoir les grâces.
Le Seigneur renvoie les riches les mains vides : ceux qui se suffisent à eux-mêmes.

Ensuite le Père Pierre Le Bourgeois[fn]Auteur du livre « Pour annoncer l’Evangile aujourd’hui » Ed. Salvator[/fn] (notre aumônier diocésain) intervient pour nous enseigner sur le « Mystère de la Mission » en s’appuyant sur le thème du Catéchisme de l’Eglise Catholique : La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu dont le prologue nous dit : " Père, (...) la vie éternelle, c’est qu’ils Te connaissent, Toi, le seul véritable Dieu, et Ton envoyé, Jésus-Christ " (Jn 17, 3). " Dieu notre Sauveur (...) veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité " (1 Tm 2, 3-4). " Il n’y a sous le ciel d’autre nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés " (Ac 4, 12) que le nom de JÉSUS.

----
Après le Père Le Bourgeois qui a su nous séduire par son enseignement nous écoutons avec beaucoup d’attention le Frère Jean-Claude HUSSON (dominicain, aumônier régional de Bourgogne/Franche-Comté) qui nous parle du thème de l’année des Equipes « J’ai vu une foule immense – Mystère de l’Eglise ».

D’abord il nous invite à nous poser ces questions :

quel Dieu suivons-nous ?

écoutons-nous la Parole ?

pourquoi tenons-nous ?

L’idée de Dieu :

Il n’y a pas une religion mais deux manières de concevoir Dieu :

soit en disant « Notre Père qui es aux cieux… c’est bien : mais restez-y » on pourrait dire que c’est la religion populaire, on ne veut pas aller trop loin,

soit en affirmant que c’est un Dieu qui s’est révélé « Père » en qui nous croyons et qui fait de nous des fils.

Les malades disent « on veut se raccrocher à Dieu dans notre épreuve » : c’est un peu ce qu’on nous reproche à nous chrétiens… on nous dit que l’on se créé un Dieu pour aller mieux ! L’idée que l’on se raccroche n’est pas fausse non plus : oui, on se raccroche mais c’est Dieu qui lance la corde et on décide ou non de s’y accrocher.
On a parfois une idée assez lointaine de notre relation à Dieu et c’est ce que les curés entendent assez souvent par les anciens : « J’ai tout fait : baptême, communion, je me suis marié à l’église… » mais ça s’arrête là.

Notre Dieu est un Dieu qui se révèle et la mission des apôtres commence à partir de la résurrection : Jésus s’est donné à voir. St Paul en fait l’expérience sur le chemin de Damas. Aujourd’hui nous sommes confrontés à la même expérience et la Rencontre avec Dieu – Jésus bouleverse la vie.

Comment annoncer Dieu ?

Il m’arrive, dans le métro, de me poser cette question : « Comment L’annoncer ? » sans l’Eglise, je ne saurais comment ! L’Eglise nous porte. Certes les églises sont plutôt vides mais la mission est faite pour que tous puissent venir. Le culte c’est la célébration et c’est le peuple. Avec le Concile Vatican II on a insisté sur la participation de tous. (chapitre 28).

Chaque chrétien est appelé par son baptême à faire connaître Dieu. L’Eglise est sainte et nous sommes appelés aussi à être saints… Alors, allons à l’essentiel : à la sainteté à laquelle nous sommes appelés.

L’Assemblée :

Mgr Gaillot, avec qui j’ai été en lien, disait : « La messe : le prêtre offre à Dieu mais avec l’assemblée… on n’ est pas spectateur ».
Mais nous savons bien que ce n’est pas si simple de vivre en communauté et St Paul le premier a connu les divisions. Il faut se rappeler que la religion c’est : le Cœur, l’Esprit en Vérité.

Nous savons bien aussi que toutes ces difficultés de l’Eglise nous font souffrir et nous interroge sur « comment peut-on être chrétien dans ces divisions ? » Que faire ? Faut-il se taire ? Non, si on est sûr d’avoir raison, il faut oser dire que ça ne va pas. Quelquefois, on répond aux personnes qui donnent leur avis : « Il ne faut pas juger » : SI, mais il faut le faire avec la compassion « tu as fais ça… mais tu n’es pas que ça ». Il faut juger, mais pas condamner. Il ne faut pas tendre l’autre joue, mais tendre la joue autrement. Le pardon, ça ne veut pas dire oublier. Et si moi je n’arrive pas à pardonner je m’adresse au Père : « Père pardonne-leur ».

Comment évangéliser dans les divisions ?

Montrer que nous aussi on ressent ces souffrances. Ne soyez pas plus chrétiens que le Christ, mieux vaut dire « je n’en sais rien » plutôt que de répondre au nom du Seigneur.
En étant plus humbles nous sommes les premiers convertis et nous sommes plus crédibles.

Notre mission c’est porter l’évangile mais en comprenant ceux qui nous sont confiés.

Pourquoi des gens refusent l’Eglise ?

« Par notre faute » ont répondu certains dominicains… peut-être !

----

Sœur Myriam nous présente les Sœurs Dominicaines de l’Eucharistie :

Les Dominicaines de l’Eucharistie ont comme devise « Dans le rayonnement de l’hostie, vivre et éclairer » pour vivre la contemplation de Dieu qui s’est fait chair et se donne à nous.
Sœur Myriam nous dit : « Chaque fois que nous nous trouvons devant le tabernacle, nous disons : c’est notre foyer. Dieu est présent mais caché ». Jésus est là… dans le Tabernacle.
Avant d’être à Cerdon, en 2009, ces Sœurs étaient à Sens. Elles sont sept dans cette communauté et Sœur Myriam nous dit : « Nous sommes une petite vigne »… à Cerdon !
A Sens, elles étaient habituées à accueillir les Equipes du Rosaire et nous reçoivent ici avec beaucoup de joie.
Leur mission est de « porter le monde dans la prière ».
Les Dominicaines sont appelées à être des hosties vivantes et à porter la fidélité de nos prêtres.

----
Après le repas nous méditons le Mystère de l’Eucharistie et Chantale nous parle avec Maryse Pollet (responsable diocésaine adjointe) des « Equipes du Rosaire : école de prière, école de foi, école de vie chrétienne.

Il y a ensuite une remise solennelle de la carte d’affiliation avec envoi en mission et bénédiction du père Pierre Le Bourgeois , pour deux équipes :

l’équipe de Josette Menteur, équipe née dans la maison de retraite d’Arbent

l’équipe de Thérèse Monerri, équipe qui s’est détachée de la première équipe crée par Georgette Maire

Liliane Lamy (responsable régionale Bourgogne/Franche-Comté) nous donne des nouvelles des Equipes de sa région. En chiffres c’est impressionnant : c’est une région où la présence dominicaine a été très forte et très féconde pour les Equipes du Rosaire. (Voir son intervention)

Enfin Nicole SABY (responsable diocésaine de Lyon) nous donne des échos du conseil national qui s’est déroulé à Lyon les 26 et 27 mars et nous fait connaître Pauline Jaricot : le Père Eyquem s’est appuyé sur l’intuition de son Rosaire Vivant pour fonder les Equipes du Rosaire. (Voir son intervention)
Si vous voulez mieux connaitre Pauline Jaricot, allez sur ce site intéressant la concernant.

Notre journée se termine, comme il se doit, avec Celui à qui tout honneur est dû : notre Seigneur Jésus-Christ, avec une messe, toute imprégnée de la douceur de Marie. La messe était animée par Sœur Rose avec le groupe de chant qu’elle a formé et qui nous a permis de vivre une belle célébration.

Une journée qui nous renforce dans notre conviction que les Equipes sont faites de « petits soldats de Marie » qui, petits pas par petits pas, en regardant Marie, apportent un peu de douceur à notre monde, permettent à chacun de vivre dans l’espérance.

Category:
French