Pentecôte

En Marie, l’Esprit Saint, dès l’annonce de l’Ange,
S’était manifesté : le Verbe se fit chair ;
Et par ce même esprit jaillit une louange :
Les langues des nations s’élèvent dans les airs.

Le souffle qui planait dès le commencement
Vers Elie murmura d’une voix de silence ;
Mais à présent l’Esprit, vigoureux bruissement,
Insuffle à toute chair la vie en abondance.

L’Esprit s’est répandu, vives langues de feu,
Dont la brûlante ardeur se fait tendre morsure ;
Le cœur hier transi redevient vigoureux,
Brasier incandescent d’un amour sans mesure.

Les saintes plaies du Christ ont à jamais ouvert
Le Temple où reposait une onction de tendresse ;
Bien plus que d’un rocher, c’est de son corps de chair
Qu’a bouillonné le flot d’un torrent d’allégresse.

A l’aurore d’un jour a jailli la lumière
Que nul œil n’a saisi : Christ est ressuscité ;
Mais à ceux qui l’ont vu, l’Esprit de vérité
A tracé des chemins qui percent les frontières.

 

Category:
French