Éditorial - Bulletin de Bordeaux - Mars 2012 - N°665


Transfiguration du Christ
Pietro Perugino (1499)
Collegio del Cambio (Pérouse)

Où était Marie ?

Pierre, Jacques et Jean furent privilégiés, chacun ayant été choisi par Jésus pour l’accompagner. Emerveillé par l’expérience, Pierre propose de la prolonger. Il ignore que personne ne peut demeurer au Thabor.

Car la vie du disciple est un chemin de foi : assez de lumière pour traverser les ombres et les ténèbres de ce monde ; mais pas assez pour se croire déjà au Ciel.

Pierre ignore aussi qu’à Gethsémani, Jésus demandera aux trois mêmes apôtres de veiller et prier avec lui. C’est pour cela qu’il les avait invités à apercevoir fugacement sa gloire : afin de ne pas succomber à leur terrible faiblesse et de pouvoir affronter le scandale de la Croix.

S’il nous est arrivé de goûter une consolation divine dans la prière, retenons la leçon. Les faveurs authentiques du Seigneur sont très fugaces : soudain, regardant autour, ils ne virent plus personne, que Jésus seul…

Tel est le programme de l’Église partout et toujours : écouter Jésus seul, suivre Jésus seul, obéir à Jésus seul.

Ce fut le programme de la Vierge Marie, qui méditait en son cœur la Parole que Dieu lui adressait, tant dans la Sainte Écriture que dans les évènements de sa vie.

Elle n’était pas au Thabor mais elle était au Golgotha !

Et nous, qui n’avons connu ni le Thabor ni le Golgotha, nous sommes aussi engagés dans ce pèlerinage de la foi, certains d’être un jour revêtus de la gloire du Ressuscité.

D’ici-là, voulons-nous quand même revivre ces mystères ? Saisissons notre rosaire !

P. Gilles-Marie MARTY, directeur du Rosaire (Toulouse).

L'éditorial du mois d'avril

Category:
French