Le Pain de Vie qui est… vivant !

Homélie pour le 20ème dimanche du Temps Ordinaire, prêchée le 19 août 2012 à Château-la-Vallière.


Frères et sœurs,

Les textes que nous venons d’entendre sont brefs, en tous cas pour les deux premières lectures. De vrais textes pour temps chaud !
Ils nous donnent un vrai programme de vie et vous avez sans doute constaté qu’ils sont remplis d’impératifs.

J’en retiendrai deux : « Quittez votre folie et vous vivrez, suivez le chemin de l’intelligence. »
Voilà le programme : suivre le chemin de l’intelligence.

Comment faire ?
Tout d’abord, il faut que nous soyons d’accord sur les termes. Qu’est-ce qu’être intelligent ? Ce n’est pas être intellectuel, même si nous avons tout de même bien besoin de savants ! Être intelligent, comme le dit sa racine latine, c’est inter legere, lire entre les lignes. C’est savoir voir ce qui ne se voit pas. Et c’est ce que nous faisons à chaque fois que nous célébrons une Eucharistie : voir ce qui ne se voit pas, apprendre à voir au-delà des apparences, apprendre à voir avec les yeux de notre cœur.

Et cela n’arrive que si Dieu veut nous donner la grâce de se révéler.
Cela n’arrive que si l’on nous aide à voir.

Car Dieu se révèle.

Je ne sais si vous avez lu un livre qui a connu un grand succès. Il s’agit du Prix à payer. Un Irakien, musulman, raconte sa conversion au christianisme. Il fait son service militaire et il partage sa chambre avec un chrétien, un « homme impur » selon lui.
Si ma mémoire est bonne, le musulman fait un rêve. Il est en face d’un homme qui lui parle et ils sont séparés par un fleuve infranchissable. Et l’homme qui est en face lui dit : « Tu ne peux pas venir si tu ne reçois pas le Pain de Vie. » Et notre Irakien reste bien perplexe et se demande ce que peut signifier le « Pain de Vie. »
Par un enchaînement de circonstances providentielles, les deux compagnons de chambrée en viennent à parler de Dieu. Le musulman demande au chrétien ses écritures. Celui-ci lui propose de commencer par l’Évangile selon saint Matthieu qui est, selon lui, plus facile, plus narratif. Mais le musulman ne l’écoute pas. Il prend l’Évangile selon saint Jean et tombe sur le chapitre 6, celui que nous venons d’entendre, le passage où le Christ dit : « Je suis le pain vivant descendu du ciel. »
C’est le début de sa conversion.

Jésus est le Pain de Vie qui descend du ciel !
Nous n’aurions pas pu l’inventer. Il faut que Dieu le révèle. Il faut qu’il se révèle.

Mais il faut aussi que nous soyons des révélateurs de Dieu, que nous sachions interpeler ceux qui nous entourent, que nous trouvions les bonnes questions, les bonnes remarques. Et les occasions sont multiples.

Tous les ans, la Conférence des Évêques de France se réunit à Lourdes. Et la messe du dimanche est habituellement télévisée. Il y a quelques années, en direct, nous avons été témoins d’un miracle eucharistique.
Au moment de l’épiclèse, quand le prêtre appelle l’Esprit Saint sur les offrandes pour qu’elles soient consacrées, on voit l’hostie se soulever entre la patène et les mains étendues de l’évêque. Il ne se rend compte de rien et l’hostie reste à flotter dans l’air pendant une bonne partie de la prière eucharistique.

Comme on trouve encore cette vidéo sur internet, sur Youtube notamment, je l’ai montrée à des lycéens et je leur ai demandé ce que cela leur inspirait. L’un d’eux m’a dit : « On dirait que c’est vivant ! »

Jésus est le Pain de Vie, certes.
Il est aussi vivant !

Le Corps du Christ que nous recevons est le Pain de Vie qui est… vivant !

Et c’est pour cela que nous ne pouvons pas communier n’importe comment, par habitude, comme si ce n’était pas important.

Il y en a une qui avait bien compris cela. C’était Mère Teresa. Elle donnait un conseil à ses prêtres. Le voici :
« Célèbre ta messe comme si c’était ta première messe.
Célèbre ta messe comme si c’était ta dernière messe.
Célèbre ta messe comme si c’était la seule messe de toute ta vie. »

Ce conseil concerne les prêtres bien sûr. Mais nous pouvons l’adapter pour chacun d’entre nous.
« Reçois le Pain de Vie comme si c’était la première fois.
Reçois le Pain de Vie comme si c’était la dernière fois.
Reçois le Pain de Vie comme si c’était la seule fois de toute ta vie.»

Alors, frères et sœurs, nous ne communierons plus jamais pareil.
Alors, c’est toute notre vie qui changera.
Amen.

Category:
French