Prier les Mystères Lumineux avec fr. Jean-Christophe de Nadaï, o.p.

Baptême du Christ

Tu es mon Fils bien-aimé. En toi j’ai mis tout mon amour (Mc 1, 11).

Ainsi, l’amour éternel du Père pour le Fils voulut se déclarer un jour du temps par des paroles humaines à ce Fils devenu l’un de nous, afin de venir reposer un jour sur nos vies quand elles furent elles-mêmes plongées dans les eaux du baptême. Bien-aimés, nous sommes enfants de Dieu (1 Jn 3, 2).

Que les chrétiens s’émerveillent sans cesse de la grâce reçue ce jour-là, et vivent selon leur dignité d’enfants de Dieu.

Noces de Cana

Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue (Jn 2, 4).

Il lui dit : Femme. Ce langage n’est plus celui du Fils à sa Mère, mais de l’Époux à son Épouse, cette Église qui se soumet au Christ (Ep 5, 24). Si ce langage paraît rude, c’est uniquement parce que ce que nous serons ne paraît pas encore clairement (1 Jn 3, 2). La mort, le dernier ennemi, n’est pas encore vaincu (cf. 1 Co 15, 26). Mais que les fils de l’épouse gardent confiance, écoutant leur Mère leur déclarer : Faites tout ce qu’il vous dira (Jn 2, 5).

Que Jésus-Christ fasse grandir en nous l’attachement à ses commandements.

La prédication du Royaume

Que ton règne vienne (Mt 6, 10).

« Je crois en Dieu, le Père tout-puissant. » Cette puissance du Père ne veut régner que pour démontrer son amour de Père. Mais l’homme souvent préfère régner qu’aimer. Il voudrait, s’il se pouvait, mettre la main sur la puissance de Dieu, et la faire servir à ses vues. Il n’a que faire d’un Dieu qui est amour (1 Jn 4, 8.16).

Viens régner sur nos cœurs, Seigneur : fais-nous voir combien l’amour est puissant, de Celui qui meurt par amour sur la croix.

Transfiguration

Ne parlez à personne de cette vision, avant que le Fils de l'homme ne ressuscite d'entre les morts (Mt 17, 9).

Désormais ressuscité, le Fils de l’homme nous fait donc un devoir de proclamer au monde le témoignage de Pierre, Jacques et Jean, qui l’ont contemplé Fils de Dieu.

Lorsque, Seigneur, la chair nous pèse, soutiens notre espérance : mène-nous au Thabor, et donne-nous de la contempler transfigurée en toi.

Institution de l’eucharistie

Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui sera répandu pour beaucoup (Mt 26, 28).

Par ces paroles du Seigneur, la messe nous est recommandée comme un sacrifice identique au sacrifice de cette croix vers laquelle Jésus devait s’avancer le lendemain. Le principe de ce sacrifice est spirituel : c’est le Cœur sacré de Jésus, qui veut accomplir le dessein de Dieu en faveur des humains. Cette volonté ne passe pas. Aussi vient-elle se manifester, identique, dans le sacrement de l’autel.

Courons donc, avec toute l’Église, y ranimer les mouvements de notre cœur auprès du Cœur sacré de Jésus-Christ, afin qu’Il fasse de nos vies aussi une louange à la gloire de Dieu.

Dans un même esprit :
Les Mystères Joyeux, Les Mystères Douloureux et Les Mystères Glorieux

Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
French