Méditer les mystères glorieux avec saint Martin de Porrès

Une méditation de Frère Fabien-Joseph Hignette, o.p., parue dans La Revue du Rosaire de novembre 2013


Résurrection

« Son Fils, issu de la lignée de David selon la chair, établi Fils de Dieu avec puissance selon l'Esprit de sainteté, par sa résurrection des morts, c'est Jésus-Christ notre Seigneur » (Rm 1, 4).

Martin dans sa jeunesse fut à son tour un instrument de Dieu pour offrir une libération à ceux qui le côtoyaient. À tel point qu'on le surnommait « l'ange des hôpitaux et des prisons ». Cette délivrance, il la puisait par sa confiance aveugle dans l'unique Sauveur des hommes : Jésus-Christ.

Marie, par ton abandon, apprends-nous la confiance en ton fils qui est la Résurrection et la Vie.


Ascension

« Il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait placé tous ses ennemis sous ses pieds » (1 Co 15, 25).

Paraît-il que l'Archevêque eut beaucoup d'estime pour le petit frère Martin, à tel point que certains l'aurait bien vu au palais épiscopal. Mais Saint Martin a toujours choisi les lieux pour se placer sous le règne du Christ, c'est-à-dire là où il prendra la première place, voire la seule ; dans l'Ordre, dans un premier temps, même l'habit de convers lui était trop honorable, celui de coadjuteur lui convenant ; puis il est même prêt à se vendre comme esclave au profit du couvent, ce que son prieur refusera ; enfin, la nuit son dortoir était encore de trop, la salle du chapitre, le chevet d'un malade ou le brancard lui était préférable, pour laisser au Christ la place de le rejoindre et de régner dans sa vie.

Seigneur Jésus, donne-nous l'amour de l'humilité et de l'abnégation, pour préférer te rejoindre dans ton royaume et non dans le nôtre.


Pentecôte

« L'Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers ; héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui » (Rm 8, 16).

Si la renommée de frère Martin se répandit dans Lima ce n'est pas par son zèle, sa science ou son éloquence, mais par sa tendresse. C'est l'Esprit Saint qui se rendait présent et transformait les cœurs. Car notre Dieu est tendresse et pitié (Ps 85, 5).

Seigneur Jésus, envoie sur nous ton Esprit de tendresse et de douceur que notre monde attend désespérément.


Assomption

« La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15, 54).

Lors de l'agonie du Père Antoine, Martin alors infirmier priait et contemplait son Seigneur. Alors qu'on vint le chercher dans l'angoisse, lui dans un état de paix dit : « son heure est venue ». Se préparer avec soin à la mort montrait la confiance absolue dans les promesses de Jésus vainqueur de la mort. Et Marie au ciel est le signe de cette espérance que dans le Christ la mort n'a rien retenu à elle.

Seigneur Jésus, comme tu attiras ta sainte mère, conduis-nous à toi pour l'éternité.


Couronnement de Marie

« Parce qu'il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante, oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse » (Luc 1, 48).

Marie ne comprend pas encore tout de sa vocation quand elle exprime son Magnificat. Mais elle connaît la profondeur du cœur de Dieu qui appelle et comble de dons. Cette docilité envers Marie, Martin de Porrès l'a entretenue dans ses soins aux images de la Vierge, dans sa prière du Rosaire et jusque dans ses prières nocturnes qui pouvaient prendre la forme d'entretiens avec Notre-Dame. Cette familiarité avec le monde invisible en a fait un instrument de Dieu pour canaliser sa miséricorde.

Saint Martin, apprends-nous l'amour de la sainte famille de Nazareth, dans laquelle Jésus nous révèle l'humanité divinisée.


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Douloureux

Category:
French