Les mystères glorieux pour le Jubilé de l’Ordre des Prêcheurs

La Résurrection

« Jésus dit à Marie: "Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ?" » (Jn 20,15).

« Ô Résurrection, ô doux portier, ô humble agneau, c’est toi ce jardinier qui, ayant ouvert les portes du jardin céleste, c'est-à-dire du paradis, nous offre les fleurs et les fruits de la Déité éternelle. Et maintenant je connais avec certitude que tu as dit la vérité quand, sous l’aspect d’un voyageur apparaissant à deux de tes disciples, tu as dit qu’il fallait que le Christ souffre et que par la voie de la Croix il entre dans sa gloire... Et quelle était ta Gloire, ô doux et amoureux Verbe ? C’était Toi-même et pour que Tu entres en Toi-même il fallait que Tu souffres. » (Sainte Catherine de Sienne, 1347-1380)

« Il n'y a plus rien à chercher, Marie: vous avez trouvé celui que vous ne perdrez plus. Vous ne le verrez plus sur la croix entre les mains de la mort. Vous n'irez plus à son tombeau pour l'y embaumer dans les parfums de la charité. Vous ne le demanderez plus à personne sur la terre, à personne dans le ciel à lui moins qu'à tout autre; car lui c'est votre âme et votre âme c'est lui. Séparés un moment, vous vous êtes rejoints dans le lieu où il n'y a plus rien de ce qui empêche l'union et l'unité. » (Père Henri-Dominique Lacordaire, 1802-1861).

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à rendre grâce pour cette Vie nouvelle qui nous est donnée par la Résurrection du Christ.


L’Ascension

« L’Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, il a capturé des captifs, il a fait des dons aux hommes. » (Ep 4,8)

« Le mystère de l’Ascension (...) nous entraîne avec le Seigneur dans le royaume du Père et nous ferme les chemins purement terrestres. Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut. Mais cette élévation de nous-mêmes, cette montée se fait dans le sillage du Christ, c’est la force de la Résurrection qui nous porte et nous tire, comme l’amour que Jésus avait pour le Père le tirait sur le chemin de sa Passion. Nous ne pouvons en effet rejoindre le Christ que sur les chemins qu’il a pris lui-même : abjection, pauvreté, mépris, car lui-même est la voie, pas un autre. » (Jean Tauler, 1300-1361)

« Lui, le Puissant des puissants, a réduit en captivité le démon, et il est monté au ciel dans sa force. Là, dans l'éclat, dans la sublimité de sa gloire, il jouit avec son Père de tous les biens célestes. Roi de la vie éternelle, il nous a faits ses cohéritiers, ses copartageants, lui dont la contemplation rassasie tous les désirs des anges; lui d'une telle beauté que toutes les créatures ne peuvent se lasser de l'admirer, lui dont l'aspect, dont les paroles ont un charme sans égal ! C'est lui qui sera notre récompense. » (Bienheureuse Colombe de Rieti, 1467-1501).

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à toujours désirer le Ciel.


La Pentecôte

« Ils furent remplis de l'Esprit Saint et ils se mirent à célébrer les grandeurs de Dieu. » (Ac 2,4).

« Que la grâce du Saint Esprit nous soit présente ! Esprit Saint, tu as inspiré les prophètes pour qu’ils annoncent d’avance les merveilles du Messie. Tu as purifié les Apôtres pour qu’ils portent au monde entier le message du Christ. Ton souffle a donné aux hommes d’être spirituels. Tu rassembles dans l’unité les langues et les mœurs divisées ; Tu as instruit d’une touche divine les saints de tous les siècles. Tu as toi-même gratifié aujourd’hui les Apôtres du Christ de dons extraordinaires et inconnus d’âge en âge. Tu as rendu glorieux ce jour de la Pentecôte. Amen, alléluia!» (Bienheureux Humbert de Romans, 1194-1277)

« Le précieux et incomparable trésor qui avait été, malheureusement, perdu autrefois dans le paradis terrestre, par le péché, nous a été rendu. Le trésor que jadis nous avions perdu par la désobéissance, je veux dire l'Esprit Saint, dont nul sens, nul cœur, nulle intelligence ne comprendra les richesses, l'amour, la plénitude, oui, l'Esprit Saint nous a été rendu. Il est descendu sur les apôtres. Il s'est donné abondamment, avec excès. Il les a tous inondés, intérieurement et au dehors, de sa grâce. » (Jean Tauler, 1300-1361)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à être dociles au souffle de l’Esprit.


L’Assomption

« Le Puissant a fait pour moi de grandes choses, désormais toutes les générations me proclameront bienheureuse. » (Lc 1,48-49)

« Si Notre Dame se trouve avec son corps dans la gloire du ciel, c’est que dès sa vie terrestre et malgré ses grâces exceptionnelles, elle ne s’était attachée à aucun bien, spirituel ou corporel, intérieur ou extérieur… Par cette profonde pauvreté intérieure, nous participons un peu à la pureté de Marie, à cette "légèreté" par laquelle elle ne faisait aucun obstacle à la grâce qui l’élevait jusqu’à Dieu. L’Assomption commence, comme la Résurrection, dans notre vie quotidienne ici-bas. » (Jean Tauler, 1300-1361)

« Cette céleste et glorieuse Reine qui, dans le monde autrefois, ne semblait être qu'un peu de terre, je sais qu'aujourd'hui elle s'élève au-dessus de toutes les sphères, ainsi que l'Église l'enseigne parmi nous. Celui qui l'a établie Reine des Séraphins et qui prit dans son sein une véritable chair humaine, descend à travers les régions du ciel pour l'honorer et lui donner la couronne. Quel triomphe dans les profondeurs du ciel, parmi ces brillants esprits, à l'occasion de sa merveilleuse assomption ! » (Frère Jérôme Savonarole, 1452-1498)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à toujours aller au Christ par vous. Ad Jesum per Mariam !


Le Couronnement de Marie

« Un signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête. » (Ap 12,1)

« Mes filles [ce sont les moniales du couvent Ste Agnès] sont richement parées... Elles seront amenées et présentées au Seigneur-Roi à la suite de la REINE, la Vierge MARIE, sa mère incomparable, car elle est son unique colombe, sa bien-aimée, toute belle, pure et sans tache... Elle est remplie de charité et d’amour, pleine de grâce, bénie entre toutes les femmes, et avec elle est le Seigneur. Les épouses du Christ seront amenées à sa suite dans ce Temple du Roi non fait de main d’homme, où l’Époux se réjouira avec l’Épouse... Vous entrerez dans Sion en chantant des cantiques, la tête parée d’une joie éternelle, c'est-à-dire d’une couronne immortelle. » (Bienheureux Jourdain de Saxe, 1185-1237)

« Regarde la douce Reine du Royaume céleste, si chère à ton cœur, qui s'incline avec tendresse sur son bien-aimé, entourée de roses en fleur et des lis des vallées. Regarde son exquise beauté qui remplit de joie toute l'armée céleste. Ah ! Jette maintenant un regard qui va réjouir ton cœur et ton esprit ! Vois la Mère de miséricorde qui a doucement tourné les yeux, ses yeux miséricordieux et doux, vers toi et vers tous les pécheurs, pour les protéger de sa puissance et les réconcilier avec son enfant bien-aimé. » (Bienheureux Henri Suso, 1295-1366).

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à vous aimer toujours plus et mieux, en dignes fils et filles de Notre Père Saint Dominique.


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Douloureux

 

Category:
French