Noël, accueillir le Verbe de Dieu

Homélie prêchée à la Messe de Minuit de Noël 2007

Frères et sœurs, pendant quatre semaines Jean le Baptiste criait dans le désert, afin de préparer le chemin du Seigneur. Une préparation qui débouche sur la contemplation de la gloire de Dieu dans notre monde, à travers la naissance de Jésus. Aujourd’hui, Notre Sauveur est né, Il vient habiter parmi nous, sa lumière nous illumine. Jésus est venu dans notre humanité pour que les ténèbres de nos souffrances disparaissent et que la mort soit anéantie pour toujours. Oui, nous venons justement de l’entendre dans la bouche du prophète Isaïe : «Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. » Aujourd’hui, notre libérateur a pris notre condition humaine excepté le péché. Il s’incarne dans notre fragilité pour que nous devenions des enfants de lumière. La Vierge Marie, depuis l’Annonciation a ouvert son cœur pour que Dieu puisse habiter parmi nous à travers la naissance de son Fils bien- aimé.

Lorsque nous sommes dans les ténèbres nous ne pouvons pas faire grande chose, nous sommes paniqués. Car, notre vue est limité, pour cela, nous ressentons la peur et nous nous sentons abandonnés sur le chemin. Dieu était attentif au cri du peuple d’Israël, qui était dans la souffrance et la solitude. L’espérance en Dieu ne déçoit pas ! Comme le peuple d’Israël, aujourd’hui encore, combien de pays qui attendent leur délivrance ? Qui voudraient voir la lumière divine, afin que leur vie change à travers une justice équitable ? La naissance de Jésus nous apporte cette justice qui n’aura pas de fin, Il est lui-même la justice par excellence pour tous ceux et celles qui sont courbés sous le poids du désespoir. En cette nuit de fête, une lumière brille sur notre société.
Afin que nous sachions que la naissance du Fils de Dieu vient pour nous rappeler que notre Prince-de-la-Paix a pour mission de nous pacifier ; Petits et grands, et que chacun trouve sa place dans la cité.
Oui, « un enfant nous est né, un fils nous a été donné. » Pour que le monde entier découvre l’amour infini de Dieu manifesté par la naissance de son Fils, dans le sein de la Vierge Marie. Jean le Baptiste était dans le désert pour préparer la venue de notre Messie, notre Roi. Jean ne portait pas de vêtement luxueux, au contraire il était simple et dépouillé de tout. Pour nous préparer à accueillir notre Sauveur. Alors, qui sont les premiers à venir adorer l’enfant- Dieu ? « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur dans la ville de David. »

Lorsque nous attendons un enfant nous faisons beaucoup de préparation. Pour que l’enfant naisse dans de bonne condition d’hygiène. Pourtant, la naissance de Jésus est marquée par un dépouillement total. Il est né dans une mangeoire, là où on élève les animaux. Tout vient de Dieu et tout retourne a Lui ! Alors, comment se fait-il que Marie ne puisse trouver un endroit digne pour enfanter son Fils premier-né ? Frères et sœurs, la naissance de l’enfant- Dieu à la crèche vient nous rappeler notre fragilité humaine. Cette naissance dans la mangeoire, c’est aussi le signe de dénuement, où nous devons nous dépouiller de tout pour accueillir dans notre cœur le nouveau- né. L’enfant qui est né est saint, donc il faut nous purifier pour venir l’adorer en vérité. Avec un cœur simple, plein d’amour et de charité. De nos jours, la fête de Noël est marquée davantage par des cadeaux. Ce qui n’est pas négligeable ! Mais la fête de la naissance du Fils de Dieu est, avant tout, le signe d’amour de Dieu pour nous les hommes. Afin de nous sauver de nos péchés. Pour accueillir Jésus qui vient de naître, pour voir de nos yeux la lumière divine. La disposition de notre cœur est plus importante que tout le reste.
Les bergers malgré leur précarité matérielle étaient les premiers à venir adorer le nouveau- né. Dieu a toujours eu un amour préférentiel pour les petits, les simples. Il se manifeste toujours aux petits, au cœur pauvre qui se laisse éclairer par la lumière de l’Evangile.
« Père merci d’avoir caché tout cela aux savants et de le révéler aux touts- petits. » Les bergers ont dû tout laisser pour aller à la rencontre de cette lumière qui brille sur l’univers. Ils n’ont rien apporté pour le nouveau- né ! Les bergers sont arrivés devant la crèche avec leur cœur rempli de joie, pour adorer l’enfant qui vient de naître. Frères et sœurs, malgré nos soucis matériels et sanitaires, comme les bergers, nous aussi, déchargeons- nous de tout. Pour aller à la rencontre de la lumière qui vient éclairer nos ténèbres. Comme les bergers, faisons confiance à l’ange du Seigneur. Afin de nous mettre en route jusqu’à la crèche où repose l’enfant- Dieu. Pour aller l’adorer et en même temps de lui déposer nos fardeaux.

Comme Marie, ouvrons notre cœur pour accueillir le Verbe de Dieu dans notre monde à travers nos frères et sœurs les démunis. Comme Joseph, faisons confiance à Dieu, car Il met toujours des personnes sur notre chemin pour ouvrir nos yeux de la foi. Oui, nous sommes dans la lumière, car notre Sauveur est né. Comme l’ange du Seigneur, manifestons notre joie pour ce cadeau si précieux qu’est la naissance de Jésus dans notre monde : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

Amen !

Category:
French