Annonciation, si lointaine et si proche


Frères et sœurs,

Il est des textes que l'on ose à peine commenter car tout nous semble dit en quelques versets. Ce sont des textes uniques, beaux, tellement proches du mystère. Ils sont si beaux que l'on a presque peur de les salir, en les commentant et en ajoutant notre imperfection. Ils nous font toucher le Mystère de si près...

L'Annonciation est un de ces textes.

Si nous nous en approchons en tremblant, c'est peut-être parce que nous trouvons que ce texte est trop lointain. Si loin de nous, de notre époque, de notre vie. Pensez-vous, la visite d'un ange !...

Cette harmonie, cette douceur, que les artistes ont, au cours des siècles, tenté de rendre, avec plus ou moins de bonheur, comme elles sont souvent loin de notre quotidien ! Ils ont essayé de représenter ce qui ne se voit pas. Et pourtant cet invisible (nous proclamerons tout à l'heure dans notre Credo notre foi en l'existence de ce monde des anges !), cet invisible, Marie le voit !

Comme elle semble loin de nous cette Vierge d'Israël. Si, par exemple, vous donnez Marie comme exemple à suivre à des pénitents ou à des fidèles, bien souvent, on nous répondra : "Mais voyons, ce n'est pas possible, elle est trop parfaite !" Mais, frères et sœurs, si, c'est possible : Marie nous est donnée et, nous venons de l'entendre à l'instant, "rien n'est impossible à Dieu."

L'Annonciation, si lointaine.

Ou bien, frères et sœurs, si nous nous approchons du récit de l'Annonciation en tremblant et avec révérence, c'est qu'au contraire, il est tout proche de nous, si intime, au plus profond du cœur.

Et nous savons bien, en particulier les religieuses, les religieux et les prêtres, que nous ne sommes pas ici par hasard. Il a bien fallu qu'un jour Dieu vienne frapper à la porte de notre cœur, en y mettant peut-être les grands moyens... en envoyant un ange, qui sait ? Pour moi ce fut une Petite Sœur ; ce furent les grands moyens !

Et nous avons dit Oui, sans doute saisis de crainte, sans doute aussi sans mesurer toutes les conséquences... comme Marie.

Alors, réentendre l'Annonciation, c'est revenir à nos premières amours !

L'Annonciation, finalement si proche !

Si lointaine et si proche !

C'est un peu comme cela qu'est notre âme face à Dieu. Il suffit d'un rien, du battement d'aile d'un ange, pour être à Dieu, si proche.

Un rien, frères et sœurs, le battement d'aile d'un ange, pour être à Dieu, tout à Dieu, comme Marie.

Amen.

Category:
French