La Croix : suprême révélation de l'amour divin

Homélie prêchée par Mgr. Jean LEGREZ, o.p., Evêque du diocèse de Saint-Claude (France) le 21 mars 2008, Vendredi Saint, en la Cathédrale de Saint-Claude



Frères et Sœurs,

Avant d’entendre le récit de la passion du Seigneur selon Saint Jean, il me semble important de souligner à quelle point la figure du serviteur souffrant, dépeinte par Isaïe, correspond au crucifié du Père.

Dans son chemin de croix et sa passion Jésus connaît le mépris. Il est défiguré, transformé en homme des douleurs. Maltraité, il demeure silencieux et humble. Certains prophètes, comme Jérémie et Ezéchiel, ont connu la persécution. Cependant d’aucun prophète, il a été dit « qu’il portait les souffrances du peuple, qu’il était transpercé à cause de ses fautes, que sa vie est un sacrifice d’expiation et qu’il justifiera des multitudes et se chargera de leurs péchés. »

Resté inconnu pendant des siècles, le mystérieux serviteur apparaît maintenant sous les traits du Messie crucifié, le serviteur de Dieu. Ce serviteur est aussi le grand prêtre par excellence, car il est à la fois la victime et le prêtre. Le grand prêtre, une fois par an, aspergeait le peuple du sang d’un animal après être entré dans le Saint des Saints pour obtenir le pardon des péchés d’Israël. Ici, c’est le Fils qui donne son sang dans une totale soumission à son Père et qui obtient le salut éternel de l’humanité par les souffrances de sa passion.

Comprenons le bien, « c’est l’amour qui tient le Christ à la Croix et non les clous », selon Sainte Catherine de Sienne. Jésus adhère complètement, librement, par amour, au dessein bienveillant du Père et accepte sa mission de sauveur en faveur des hommes. La Croix est le signe flamboyant et mystérieux, par lequel se dévoile la suprême révélation de l’amour divin.

Jésus est bien le roi des juifs qui avance plein de dignité dans sa passion, silencieux et pacifiant. La Croix est le trône royal, duquel le sauveur « attire à lui » tous les hommes. Contemplons le en écoutant le récit de sa passion. Rendus muets devant le scandale du supplice de l’Innocent, nous serons conduits au prosternement silencieux de l’adoration.

Category:
Französisch