Avec Marie, vivons l'Evangile ! - Les Mystères Douloureux

L’agonie

« Père… ce que tu veux ! » (Marc 14).

Vivre sa fidélité jusqu’à l’extrême ! Jésus en vit toute l’angoisse. Communier à la volonté divine peut être source d’effroi ; aimer n’est pas que l’émotion joyeuse. Si Dieu est grand quand il se donne, le chrétien le sera aussi en se liant aux sentiments du Christ. On le voit à Gethsémani : rien n’est trop loin pour Jésus.

Marie a dit : « Qu’il me soit fait selon ta parole !» Seigneur, que ma vie soit comme la sienne, fidèle à cette parole.


La flagellation

« Pilate prit Jésus et le fit flageller » (Jean 19).

La flagellation est insoutenable. Ce châtiment révolte toujours, mais à plus forte raison pour un innocent. Ce scandale reste vécu de nos jours. Suivre Jésus amène des moments aussi durs. Faisons silence un moment…

Marie, je te confie ceux qui supportent l’insupportable ! Seigneur, par ton épreuve, sois comme un refuge pour ceux qui souffrent !


Le couronnement d’épines

De Jésus à Pilate : « Tu le dis : je suis roi » (Jean 18).

Où est l’Évangile sous cette injure douloureuse ? Pourtant, l’Évangile est annoncé : il démasque la lâcheté, l’hypocrisie. « Voici votre roi », prophétise-t-on. De lui vient toute autorité, mais sa royauté n’est pas de ce monde. Vivre l’Évangile, c’est accueillir de la part de Dieu identité et vie.

Marie, montre-moi l’humilité ! Que ta royauté, Seigneur, soit victorieuse de l’orgueil par ta sagesse !


Le chemin de Croix

« Crucifierai-je votre roi ? » Mais Pilate le fera… (Jean 19).

Au-delà de l’horreur et de l’injustice, Jésus défiguré, épuisé, reste souverainement libre. Il donne sa vie pour tous, mystérieusement. L’Évangile grandit derrière cela, comme le cadeau lumineux des temps de joie et de douleur. Par l’Évangile vécu, tout peut être grâce. Pour cela, Jésus va vers la Croix.

Marie est silence et larmes ; Jésus, Seigneur, garde-moi d’oublier ; que je mêle mes larmes aux siennes !


Crucifiement et mort de Jésus

« Voici ta mère » (Jean 19).

Tout homme est cet ami devant qui Jésus meurt. Dépouillé, Jésus confie celle d’où vient aussi sa vie ! Tout ami reçoit Marie, la mère de Jésus qui devient la sienne. La première des grâces est dans ces mots que Jésus donne, des mots gorgés d’amour filial et débordant de charité fraternelle.

Marie, que ta présence maternelle éveille notre amitié pour ton fils ! Seigneur, que je vive de ta grâce !


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux

 

Category:
Français