Jubilé 2016 - Lectio divina pour le 7 octobre, fête de Notre-Dame du Rosaire

Victoire !


Lectio

Chante et réjouis-toi, fille de Sion ; voici que je viens, j’habiterai au milieu de toi –oracle du Seigneur.

Ce jour-là, des nations nombreuses s’attacheront au Seigneur ; elles seront pour moi un peuple, et j’habiterai au milieu de toi. Alors tu sauras que le Seigneur de l’univers m’a envoyé vers toi. Le Seigneur prendra possession de Juda, son domaine sur la terre sainte ; il choisira de nouveau Jérusalem. Que tout être de chair fasse silence devant le Seigneur, car il se réveille et sort de sa Demeure sainte. (Za 2, 14-17)


Studium

À la fin de l’Ancien Testament, le livre de Zacharie –dont le nom signifie celui dont Dieu se souvient– s’adresse au petit reste du peuple juif, à la même période que le prophète Aggée. Ce livre est composé de deux parties : la première présente les visions du prophète et la seconde une série d’oracles.

Zacharie donne un aperçu complet de l’histoire des hommes puisque son propos concerne en premier lieu le peuple de Dieu puis va s’élargir à toutes les nations. Il décrit le rejet du Messie par Israël ainsi que la repentance de son peuple et enfin la reconnaissance du Christ qui vient établir son règne de paix. Certes, le retour de l’exil à Babylone était accompli historiquement, mais la véritable délivrance de Sion était encore à venir. Et ce salut donné par Dieu suppose une intériorité, la présence de la gloire de Dieu au cœur de son peuple.

La restauration de Jérusalem, décrite au chapitre 2, est un appel à la fois à l’exultation et au silence devant la grandeur de Dieu. C’est la joie de la victoire dont le mérite revient à Dieu. La reconnaissance de cette toute-puissance conduit le peuple à l’adoration.

Cette annonce joyeuse et dynamique de la présence de Dieu au milieu du peuple de l'alliance est plus qu’un encouragement. Alors que le peuple traverse une période de doute et d'incertitude, elle ouvre des perspectives qui vont bien au-delà des attentes du petit reste d’Israël. Le plan de Dieu est d’étendre son règne à toutes les nations et les rassembler en un seul peuple.

Israël devient en quelque sorte le cœur du monde. La fille de Sion se doit alors de chanter de joie car le Seigneur vient demeurer en elle. C’est l’accomplissement des promesses messiaques qui est ici annoncé. Bien plus qu’un retour dans la terre donnée à son peuple, il s’agit d’un rayonnement universel de la gloire du Très-Haut.

Cette vision du prophète Zacharie, tout en contraste, montre que ce temps qu’il annonce viendra surprendre les hommes : un mystère d’exultation, teinté d’intériorité, va tourner le regard de toutes les nations vers Jérusalem.


Meditatio

C’est la victoire de Dieu que célèbre le peuple d’Israël dans la prophétie de Zacharie. Victoire sur ses ennemis, certes, mais, plus profondément, victoire de Dieu au cœur de son peuple. Cet appel à l’intériorité est une incitation pour chacun à rechercher à l’intérieur de soi la présence de Dieu.

Cette prophétie est mise en lien avec l’Annonciation du Seigneur. L’Incarnation est un motif de joie profonde pour la Vierge Marie, fille de Sion, mais aussi pour toute la création. Elle annonce la venue de celui qui vient sauver son peuple, Jésus. Dans le silence de son cœur, dans l’intimité de sa relation à Dieu, Marie, par son fiat, vient rouvrir la porte qu’Ève avait fermée. Le Seigneur vient faire sa demeure en elle et elle peut se rendre en hâte auprès de sa parente Élisabeth et laisser éclater sa joie dans le Magnificat.

En ce jour où nous célébrons Notre-Dame du Rosaire, ces textes nous rappellent l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes. Il s’agit bien de la commémoration d’une victoire, celle de Lépante, le 7 octobre 1571, sur les armées turques en Méditerranée, qui fut célébrée liturgiquement par la fête de Notre-Dame de la Victoire. Cette bataille, dont l’issue fut sans nul doute une source de joie pour le monde chrétien de l’époque, ne doit pas occulter la bataille beaucoup plus intérieure qui se joue en chacun, entre le bien et le mal.

C’est au cœur de chacun que la victoire est à remporter, en laissant Dieu faire sa demeure en nous.


Oratio

Seigneur, toi qui as fait ta demeure en Marie, la fille de Sion, donne-nous la joie de savoir t’accueillir comme elle. Qu’elle nous enseigne, par la méditation du Saint Rosaire, à te reconnaître dans chacun des instants de notre vie. Toi qui connais nos faiblesses, soutiens-nous dans le combat et donne-nous la victoire, ta Victoire. Nous te le demandons par Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.


Contemplatio

Dieu, donne le salut ! Dieu, donne la Victoire !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

Category:
Français