Jésus chargé de la Croix et notre purification intérieure

Lors de sa montée au Calvaire où il va être crucifié, Jésus est physiquement exténué; il n’en peut plus. La nuit passée en prison, les jugements, la flagellation et le couronnement d’épines l’ont épuisé. C’est pour cela que les soldats ont dû obliger Simon de Cyrène à porter la croix derrière le Seigneur (cf. Mc 15, 21).

Il ne semble pas que Simon de Cyrène ait été une personne très religieuse: le jour même de la fête de la Pâque, il revenait des champs. La commémoration de la libération du peuple juif des mains d’Égypte n’avait pas grande signification pour lui. Il avait d’autres préoccupations plus importantes.

Le fait apparemment fortuit et certainement très désagréable d’être forcé à se charger de la croix d’un condamné à mort a changé sa vie. Celui dont saint Marc nous donne le nom ainsi que ceux de ses fils, Alexandre et Rufus, est le signe clair que les trois étaient connus par la communauté ecclésiale de cet évangéliste. Il semble que, par le biais de cette expérience, Simon de Cyrène s’est converti au christianisme avec sa famille.

C’est lors de cette ascension vers le Calvaire, tout en suivant les pas chancelants de cet homme couvert de sang et qui transmettait tant de paix et d’amour, de cet homme dont les femmes disaient sur son passage qu’il était le Fils de Dieu, que Simon fit l’expérience, au plus profond de son être, de l’amour salvifique de Dieu.

Comme Simon de Cyrène, la vie quotidienne nous conduit de façons apparemment fortuites à des situations dans lesquelles nous devons nous charger de la pesante croix de Christ. C’est dans ces moments que nous expérimentons combien la croix est une expérience dure et désagréable, mais surtout et avant tout, purificatrice. Porter la croix, savoir affronter la dureté du chemin chrétien, change totalement notre vie; il en fut ainsi pour Simon de Cyrène.

La croix est le plus grand geste d’amour de Dieu. Se charger de la croix, c’est se charger de l’amour miséricordieux de Celui qui a vaincu le péché et la mort. Notre propre montée au Calvaire est une expérience de purification intérieure.

Category:
Français