La Transfiguration et le bonheur d'être à côté du Seigneur

Le premier chapitre de la Genèse insiste pour nous dire que Dieu a bien fait la création (Gn 1, 10-12…). Quand on habite un monde bien fait, il est inévitable de sentir, au moins parfois, un grand plaisir. Qui n’a pas joui de l’agréable odeur du jasmin, de la douce saveur du miel ou de la beauté d’un ciel étoilé ?

Le plaisir est encore plus grand quand nous profitons de la vie avec la plus importante de toutes les créatures, l’être humain. Qu’il est agréable de parler avec un ami pendant qu’on se promène dans un parc ! Comme nous nous sentons bien quand nous savons qu’il y a une personne qui nous aime, nous écoute et nous comprend ! Qu’il est grand notre bonheur d’aimer d’autres personnes !

Mais il n’y a pas de plus grand plaisir que d’être à côté de Dieu. Rien ne nous apporte plus de bonheur : « Seigneur, tu as mis en mon cœur plus de joie qu’aux jours où leur froment, leur vin nouveau débordent » (Ps 4, 8) dit le psalmiste. C’est précisément ce dont nous parle le passage de la Transfiguration. Jésus monte au mont Thabor avec trois disciples choisis par Lui pour leur montrer sa divinité et le bonheur qu’on expérimente en la connaissant.

Jésus est en train de cheminer vers Jérusalem où Il souffrira beaucoup : le Fils de l’homme doit endurer beaucoup de souffrances avant de ressusciter (cf. Mc 8, 31). En se transfigurant sur le sommet du mont Thabor, Jésus nous dit que, Celui-là même qui va souffrir autant pour nous tous, est la source du plus grand bonheur.

Je pense que tous, nous savons un peu ce dont Jésus nous parle. Comme saint Pierre, tous, nous avons expérimenté pendant notre prière, parfois, un bonheur tel que nous avons désiré rester là pour toute la vie. Quand nous prions, parfois Jésus nous introduit jusqu’au plus profond de notre cœur et là, Il se transfigure en nous montrant toute sa divine beauté, toute sa divine douceur, tout son divin amour.

Dans la vie, il y a beaucoup de choses bonnes, très bonnes ; mais aucune n’égale celle d’être à côté de notre Jésus bien-aimé. Rien ne nous rend plus heureux que d’expérimenter sa divinité dans le plus profond de notre cœur.

Category:
Français