Assomption

Marie, tu as veillé sur le Fils bien-aimé,
Jésus, enfant si vulnérable ;
Lui te mène au repos d’un amour enflammé
En Dieu, oh ! bonheur ineffable !

Jésus, Dieu parmi nous, parlait d’Éternité ;
Marie, tu gardais le silence.
Ce trésor en ton cœur, longuement médité,
De Dieu, murmurait la présence.

Cachée, tu demeuras aux côtés de ton fils
Meurtri, livré à la détresse ;
L’Esprit a consolé l’épreuve de jadis :
En Dieu, il n’est plus qu’allégresse.

Le Verbe, en notre chair, partagea pleinement,
Marie, la table quotidienne.
Assumée, te voici reçue au firmament
Par Dieu, et sa vie devient tienne.

Marie, tu as porté en notre humanité
Jésus, depuis sa première heure ;
Sa glorieuse main te hisse en la cité
De Dieu, en sa sainte demeure.

 

Category:
Français