Les Équipes du Rosaire, précurseurs de la nouvelle évangélisation

Des rencontres d’équipe

Les Équipes du Rosaire ! La première fois que j’ai entendu le nom de ce mouvement, j’ai pensé : prière rétro, vieilles dames, et « religion populaire », qualificatifs pas vraiment bien portés dans les milieux ecclésiaux branchés, il y a quelques années.
Mais rien ne vaut une enquête de terrain pour découvrir la réalité qui se cache sous les sigles ! Un samedi matin, je débarque dans le petit appartement parisien de quinze mètres carrés de Josiane, vingt-quatre ans. […]

Religion populaire ? Rétro ? Vieux ? J’avais tout faux ! Des gens divers, de tous milieux, souvent jeunes, dont la culture chrétienne n’est pas au top mais qui sont tous avides de la Parole de Dieu et fraternels dans l’échange. On pense à tous ceux qui suivaient Jésus sur les routes de Palestine : des boiteux, des aveugles, des « mal-dans-leur-peau », des assoiffés de cette Eau qui fait que l’on aura plus jamais soif.

Un vraie équipe de vie autour de la Parole ; une équipe que l’on sent missionnaire dans les nouvelles et les intentions échangées. […] Quand l’équipe devient trop nombreuse, elle éclate pour se multiplier, comme les cellules biologiques.

Pourquoi se réunir dans une maison ?

C’est un principe auquel on tient très fort dans les Équipes du Rosaire. Chantale Courtin, responsable nationale, insiste : « Ouvrir sa maison, c’est ouvrir son cœur. La maison est un lieu de convivialité et de partage. C’est un lieu d’évangélisation de proximité qu’il faut multiplier car on peut y accueillir des personnes loin de l’Église ». Le mouvement compte en France 103.000 membres répartis dans 10.000 équipes.

Les Équipes du Rosaire, qui on fêté leurs cinquante ans en 2005, ont inventé la nouvelle évangélisation avant l’heure. Et cela marche bien. La preuve à Lyon. Il n’y avait aucune équipe avant une présentation orchestrée dans les paroisses et avec la bénédiction du cardinal Barbarin. L’année suivante fonctionnaient douze équipes de dix personnes, dont beaucoup ont entre trente-cinq et quarante-cinq ans. « C’est quelque chose que j’attendais… » Ils attendaient quoi ? Justement, prier avec Marie, en petit groupe, dans un cadre chaleureux.

En communion de prière

Faire partie d’une équipe du Rosaire ne se résume pas à la réunion mensuelle, mais se vit au quotidien. Que l’on se rassure : il ne s’agit pas de réciter un Rosaire tous les jours ! […] Dans les Équipes du Rosaire, on ne prie pas Marie, on prie avec Marie. Le centre est bien la Parole de Dieu. Mais comme il est doux et pédagogique de s’y laisser introduire par Marie, la « première chrétienne », celle qui a le mieux su dire oui, être attentive à son fils et être proche de lui jusqu’à la Croix !

Grâce à une méthode et à des instruments simples, grâce à l’esprit qui règne dans ce mouvement, tout un chacun se met tout simplement avec Marie à l’écoute de son fils et en chemin avec lui.

Category:
Français