Prier les Mystères Douloureux avec saint Bonaventure

L’agonie

Mon Père, s'il est possible, que ce calice passe loin de moi ! (Matthieu 26)

Seigneur Jésus, Maître suprême, d'où vient cette affliction si profonde de ton âme ? Pourquoi cette supplication si pleine d'anxiété ? Est-ce que le sacrifice offert par toi à ton Père ne fut point le sacrifice d'une volonté parfaite ? Mais tu veux nous montrer d'une manière infaillible qu'en toi se trouve la vraie nature de notre mortalité et affermir notre esprit dans la foi. Tu veux qu'au milieu des épreuves de la tribulation, notre cœur s'élève vers l'espérance et que l'aiguillon de notre amour pour toi devienne plus pressant.

Regarde, Seigneur, les hommes dans l’épreuve. Accorde-leur ta consolation et ta miséricorde dans toutes leurs souffrances.


La flagellation

Après avoir fait battre Jésus de verges, Pilate le livra pour être crucifié. (Matthieu 27, 26)

Pilate, par un commandement barbare, ordonna que Jésus se tînt nu en présence de ses ennemis, afin que des bourreaux sans pitié déchirent par la flagellation sa chair virginale et délicate, et lui infligent sans retenue plaies sur plaies, blessures sur blessures. Toi, la cause de toute cette honte, de toutes ces meurtrissures, comment ne te répands-tu pas en larmes inépuisables ?

Daigne accorder, Seigneur, courage et patience, aux chrétiens persécutés qui sont associés aux souffrances de Jésus.


Le couronnement d’épines

Ils tressèrent une couronne d'épines, qu'ils posèrent sur sa tête. (Matthieu 27, 29)

Les soldats plaçant sur la tête de Jésus une couronne d'épines et en sa main droite un roseau, fléchirent par dérision le genou devant lui. Considère maintenant, ô orgueil du cœur humain, toi qui fuis les opprobres et soupires après les honneurs, considère quel est celui qui s'avance, ayant une ressemblance de roi, et néanmoins couvert de confusion, comme le dernier des esclaves !

Accorde-nous, Seigneur, ton pardon lorsque nous nous reconnaissons pécheurs devant toi.


Le portement de croix

Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du Crâne. (Jean 19, 17)

On contraint le Dieu béni à jamais, à courber ses épaules sous le fardeau de sa croix et à porter lui-même son ignominie. Il est conduit au lieu de son supplice, et là on lui enlève ses vêtements, afin que, les blessures et les plaies venant à s'ouvrir de nouveau, il paraisse semblable à un lépreux. Pour te guérir, ton bien-aimé a vraiment reçu blessure sur blessure.

Affermis, Seigneur, dans le cœur des chrétiens le pardon de leurs ennemis ; soutiens chacun lorsque sa croix se fait lourde.


Le crucifiement et la mort de Jésus

Baissant la tête, Jésus rendit l'esprit. (Jean 19, 30)

Le plus beau des enfants des hommes, fermant ses yeux à la lumière, laissant la pâleur se répandre sur ses traits, apparut sans beauté pour notre salut, et devint un holocauste d'odeur très suave offert à la gloire de son Père.

Accorde à tous tes enfants, Père très miséricordieux, de se réconcilier avec toi à l’heure de leur mort.


Dans un même esprit :
Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux

Category:
Français