Prier les mystères douloureux avec sainte Bernadette

Bernadette Soubirous a vécu trente-cinq ans : vingt-deux années à Lourdes (1844-1866), treize à Nevers (1866-1879). En 1858, dans la grotte de Massabielle, à Lourdes, la Vierge Marie lui apparaît à dix-huit reprises. La vie de Bernadette en est transfigurée. Elle a laissé un carnet de notes intimes (Bernadette Soubirous, Carnet de notes intimes, couvent Saint-Gildard, 1986) d'où sont extraites la majeure partie des méditations des mystères.


L’agonie

« Jésus vint vers un domaine nommé Gethsémani… Il commença à ressentir tristesse et angoisse. » (Mt 26, 36-37)

Ô très sainte Mère de mon Jésus, qui avez vu et avez senti l'extrême désolation de votre cher Fils, assistez-moi dans le temps de la mienne.

Dans le creux de nos vies souvent obscures, dans le creux de ce monde où le Mal est puissant, apporte, ô Marie, l’espérance et redonne la confiance.


La flagellation

« Pilate prit Jésus et il le fit fouetter. » (Jn 19, 1)

Qu'elle dut être profonde la douleur dans ce cœur si sensible de la Mère de Jésus en voyant ce cher corps meurtri de coups et contemplant les lambeaux de chair qui tombaient et le sang qui ruisselait de la tête aux pieds de ce sacré corps!

Mère des hommes et des peuples, toi qui ressens d’une façon maternelle leurs luttes entre le bien et le mal, écoute notre prière, viens au secours de tes enfants dans l’épreuve.


Le couronnement d’épines

« Les soldats tressant une couronne avec des épines, la placèrent sur la tête de Jésus. » (Jn 19, 2)

Ô Jésus désolé et en même temps refuge des âmes désolées, votre amour m'apprend que c'est de vos délaissements que je dois tirer toute la force dont j'ai besoin pour supporter les miens.

Notre-Dame du Bon Secours, nous te confions tous ceux que nous portons dans notre cœur, particulièrement, les malades et les désespérés. Apprends-nous à prier pour tous les hommes.


Le portement de croix

« Portant lui-même la croix, Jésus sortit vers le lieu dit du Crâne. » (Jn 19, 17)

Pourquoi il faut souffrir ? Parce que, ici-bas, le pur Amour ne vit pas sans souffrances. Ô Jésus, Jésus, je ne sens plus ma croix quand je songe à la vôtre…

Ô Marie, Reine de la paix, regarde les peuples victimes de la guerre ! Ô Marie, salut des malades, accorde-leur la force et l’espérance !


Le crucifiement et la mort de Jésus

« Jésus dit au disciple : Voici ta mère. Et à partir de cette heure-là le disciple la prit chez lui. » (Jn 19, 27)

Ô Marie, ô Mère de douleurs, au pied de la croix, vous avez reçu le titre de notre Mère. Je suis l'enfant de vos douleurs, l'enfant du Calvaire.

Mère de l'Église, enseigne-nous à construire le monde, de l'intérieur, dans la profondeur du silence et de l'oraison, dans la joie de l'amour fraternel, dans la fécondité irremplaçable de la Croix.


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux


Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
Français