Prier les Mystères Lumineux avec saint Jean Chrysostome

Le baptême de Jésus

« Aussitôt que Jésus remonta de l’eau, les cieux lui furent ouverts » (Matthieu 3, 16).

Pourquoi le ciel s’ouvrit-il lorsque Jésus-Christ fut baptisé? Pour vous apprendre que la même chose arrive invisiblement à votre baptême où Dieu vous appelle à votre patrie qui est dans le ciel, et vous excite à ne plus avoir rien de commun avec la terre. Quoique ce miracle ne s’opère pas visiblement pour vous, ne manquez cependant pas d’y croire. (Homélie 12 sur Matthieu)

Confions à la prière maternelle de la Vierge Marie tous les catéchumènes qui se préparent au baptême.


Les noces de Cana

« Femme, qu'y a-t-il de commun entre toi et moi ? Mon heure n'est pas encore venue » (Jean 2, 4).

Bien que Jésus vienne de dire à sa mère : Mon heure n'est pas encore venue, il se rend cependant à ses désirs, et démontre amplement par là qu'il n'était point soumis à l'heure. Car s'il était assujetti à une heure déterminée, comment se fait-il qu'il opère ce miracle avant que l'heure soit arrivée ? Il veut aussi donner à sa mère témoignage d'honneur, pour ne point paraître la contredire et la couvrir de honte devant tant de témoins ; car elle avait fait approcher les serviteurs, pour faire appuyer sa demande par un plus grand nombre de personnes : Sa mère dit à ceux qui servaient : Faites tout ce qu'il vous dira. (Homélie 22 sur Jean)

Que l’exemple de la Vierge Marie stimule la foi des chrétiens dans le Maître de l’impossible.


La prédication du Royaume

« Le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ… à un marchand qui cherche de belles perles » (Matthieu 13, 44-46).

La prédication de l’évangile est aussi précieuse que les perles et elle enrichit et sert à toutes choses comme le trésor. Nous n’y apprenons pas seulement à mépriser tout pour nous attacher uniquement à la parole évangélique, mais encore à le faire avec plaisir et avec joie. (Homélie 47 sur Matthieu)

Par la prière de la Mère des Prêcheurs, que la Parole devienne source de conversion pour beaucoup.


La Transfiguration

« Jésus fut transfiguré devant ses disciples. Son visage brilla comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et en même temps ils virent paraître Moïse et Élie qui s’entretenaient avec lui » (Matthieu 13, 2-3).

Jésus-Christ voulait apprendre qu’il étant le maître de la vie et de la mort, et qu’il dominait dans le ciel et dans les enfers. C’est pourquoi il fait venir ici en sa présence un homme qui était mort et un autre qui ne l’était pas. Il voulait encore faire voir à ses disciples quelle serait la gloire de sa croix. Il voulait consoler saint Pierre et les autres à qui sa passion faisait peur, et relever ainsi leur courage. (Homélie 56 sur Matthieu)

Demandons au Seigneur de dévoiler à ceux qui ne la connaissent pas, la gloire de sa croix.


L’Eucharistie

« Ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna en disant : Buvez-en tous » (Matthieu 26, 27).

Jésus rend grâces pour nous apprendre dans quels sentiments nous devions célébrer ce mystère et prouver que ce n’est pas malgré lui qu’il approche du moment de sa passion. Il nous enseigne ainsi à supporter avec actions de grâces toutes les épreuves qui nous arrivent, et il nous donne en même temps les plus belles espérances ; car si la figure de ce sacrifice, c’est-à-dire l’immolation de l’agneau pascal, a délivré le peuple juif de la servitude d’Égypte, à combien plus forte raison la vérité délivrera-t-elle l’univers entier ? (Homélie 82 sur Matthieu)

Que l’eucharistie arrache les cœurs au péché et les ouvre à l’action de grâce en toutes choses, même au cœur des épreuves.


Dans un même esprit :
Les Mystères Joyeux, Les Mystères Douloureux et Les Mystères Glorieux

Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
Français