Quelle réponse au don de L’Esprit ? (Ac 2, 1-11, Rm 8, 8-17)

En suivant le récit des Actes des Apôtres, distinguons dans l’événement de la Pentecôte deux groupes. Le groupe restreint des disciples qui étaient réunis dans une maison et sur lesquels l’Esprit descendait sous la forme de langues de feu, et le groupe des juifs, rassemblés pour la Fête des Récoltes.

Si les disciples ont reçu la capacité de parler en d’autres langues, ce n’était pas seulement pour augmenter leurs compétences « professionnelles ». Ce n’était pas non plus seulement pour que leur mission soit plus efficace. C’était pour deux raisons encore plus profondes. Pour manifester d'abord que le mystère de la filiation divine, l’œuvre de salut accomplie par Jésus Christ, est vraiment destinée à tous les hommes. Pour manifester ensuite que les premiers disciples sont devenus les vrais instruments de cette mission. Le succès ou l’échec de la mission dépendait autant de l’Esprit Saint que d’eux-mêmes. Si chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit, cela veut dire que chacun a répondu au don reçu en se donnant lui-même dans la mission.

Et si nous regardons maintenant du côté de ceux qui ont entendu en premier leur prédication et qui se demandaient : « Ne sont-ils pas tous des Galiléens ? », nous franchirons une autre porte vers le mystère. Il serait de nouveau insuffisant de dire que s’ils entendaient parler, chacun dans leur langue, des merveilles de Dieu, c’est que le mystère est devenu plus accessible. Il s’agit plus que d’une simple traduction d’un message important. Le don de l’Esprit ouvre l’entrée de la présence divine au plus profond de nos êtres. Chaque homme et chaque femme peut maintenant comprendre comment et pourquoi il peut devenir enfant et héritier de Dieu. Comment ? En recevant le baptême, en étant plongé dans la mort du Christ, pour renaître à la vie nouvelle. Pourquoi ? À cause de l'immense amour pour nous que Dieu a manifesté par son Fils. C’est par son Esprit que le Fils entre dans nos cœurs et nous permet de croire que son Père est aussi notre Père.

L’Esprit Saint a été donné d’abord aux apôtres, pas seulement pour eux-mêmes, mais pour qu’ils Le transmettent aux autres croyants. L’Esprit Saint répand par les chrétiens l’œuvre du Christ. Son temple, c’est l’Eglise, dont les fondements sont bien posés. Rien ne peut les détruire. Or, nous le savons, l’amour qui se donne attend une réponse. Certes, une réponse libre, mais ferme et généreuse. Comment l’œuvre du Fils et de l’Esprit va-t-elle continuer, cela dépend de chacun de nous. L’Esprit Saint nous éclaire. Il est pour nous une lumière. Et non seulement une lumière, mais aussi une force, car Dieu connaît nos faiblesses. À nous de le prier chaque jour, à nous de suivre les signes et les suggestions qu’il donne à chacun de nous, mais aussi à nos familles, à nos communautés. À nous de ne plus vivre selon la chair, mais selon l’Esprit.

Category:
Français