Angélus - Fr. Laurent TAREL, o.p.

Trois fois le jour : au soleil levant, à l’heure où il atteint le zénith, et lorsqu’il darde sur notre terre de ses derniers feux, la cloche tinte aux clochers de nos églises, dans nos villes et nos campagnes. C’est l’heure où nous faisons mémoire de ce Jour où Marie ouvrit son sein à la puissance de l’Esprit, où le Verbe s’est fait chair…

C’est la belle prière de l’Angélus

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
R. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Je vous salue Marie, comblée de grâce. Le Seigneur est avec vous…

Ô Marie, notre Mère, en ce Jour, le Seigneur s’est penché vers toi en t’envoyant Gabriel.
Par sa bouche, Il t’annonce la Bonne Nouvelle de l’Incarnation de son Fils.
Par sa bouche, il te promet à toi, la Vierge Immaculée, que c’est la force de l’Esprit qui œuvrerait en toi.

Le Temple du Seigneur était paré pour recevoir son Roi.
Le sein immaculé de Marie était prêt pour accueillir le Fils du Très Haut.
Le Verbe,
Venant accomplir la volonté du Père,
Venant sauver les hommes du péché et de la mort,
Venant les visiter et leur faire connaître le salut,
Le Verbe, entrant dans le monde, venait prendre un corps. Il allait prendre chair pour nous sauver.
Il voulait embrasser notre humanité afin de nous être semblables. Ainsi, il allait pouvoir se montrer à tous, et accomplissant le dessein éternel du Père, conduire les hommes et les femmes qui le suivraient vers la béatitude, par le chemin qu’il allait ouvrir par l’offrande de sa vie sur la Croix.
Mais il voulait, pour s’incarner, que Marie, qu’il avait faite toute pure et immaculée, prononçât son fiat.
Il voulait que Marie accueillît librement le Fils qui deviendrait Jésus, son enfant béni.

V. Me voici, je suis la Servante du Seigneur,
R. Qu’il me soit fait selon ta parole.
Je vous salue Marie, comblée de grâce, …, vous êtes bénie entre toutes les femmes.

Ô Marie, Mère de Dieu, pleine de confiance, tu accueilles la Parole en ton sein.
Tu permets au Verbe de prendre chair de ta chair.
Tu permets au Sauveur d’entrer en ce monde.
Tu permets aux hommes de partager le fruit de ton sein.

Le signe promis par Dieu à son peuple par la bouche d’Isaïe est sous nos yeux… La Vierge, en ce jour, conçoit un fils, Jésus, le Fils du Très-haut, Emmanuel, Dieu-avec-nous.
Le nouvel Adam, le Rédempteur de notre humanité, épouse la nouvelle Ève en sa chair. Le Jardin est encore clos, mais ce n’est que pour préparer, dans le secret du sein immaculé, l’humanité de celui qui ouvrirait la Porte fermée en Éden.
Marie, en prononçant son fiat, exprime le profond désir de tout le peuple de l’Alliance. Elle permet ainsi la réalisation des promesses faites par Dieu à Israël.
Mais par son fiat, c’est encore le désir de toute l’humanité qu’elle proclame… La Vierge Marie, modèle de l’humanité nouvelle, rachetée, exprime ici la seule réponse que l’homme et la femme doivent lancer à leur Créateur et Sauveur. Cette réponse est source de salut pour l’humanité toute entière ; cette réponse est le signe que Dieu aime infiniment les hommes et les femmes, au point d’attendre d’eux ce fiat pour venir les sauver.

V. Le Verbe s’est fait chair
R. Et il a habité parmi nous
Je vous salue Marie, comblée de grâce…, Jésus, le fruit de votre sein est béni.

Ô Marie, Mère de Jésus, tu es la première d’entre nous à recevoir la grâce du salut. Tu es celle qui portas le Sauveur en ton sein… moments uniques durant lesquels vos cœurs ont battu à l’unisson, durant lesquels ton sang à nourri son corps, durant lesquels ta vie protégeait la sienne…

Le Verbe, Personne de la Trinité, Dieu le Fils, a puisé dans le sein virginal de Marie les forces vives pour faire son corps, comme il avait puisé dans la glaise pour faire l’homme. Mais cette terre nouvelle, pure, immaculée, par la puissance de l’Esprit-Saint, ne se corromprait jamais. Certes, le Verbe est devenu homme, pleinement et totalement homme. Il n’a pas fait semblant !
Mais parce qu’il est Dieu et puisque son humanité prenait sa source dans celle toute pure de sa Mère, aucun péché, ni originel, ni personnel, ne l’a jamais empreint, ni ne le pouvait.
Ce jour marque le commencement de la Rédemption. Cette rédemption que nous nous apprêtons à célébrer…

V. Prie pour nous, sainte Mère de Dieu,
R. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Nous confiant aujourd’hui à l’intercession de Marie, nous mettons nos pas dans les siens afin d’être conduits à l’accomplissement des promesses… afin d’être « sanctifiés grâce à l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes ». Ces promesses, me semble-t-il peuvent se résumer par ces versets du chapitre sixième de l’évangile de Jean : « Je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté, dit Jésus, mais pour faire la volonté de celui qui m'a envoyé… La volonté de mon Père, c'est que tout homme qui voit le Fils et croit en lui obtienne la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. ‘Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel’. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Voici ce que nous célébrons dans cette Eucharistie, ce que nous revivrons dans quelques jours…

Et la prière de l’Angélus se termine par la demande instante de cette union à Dieu, par Jésus, dans l’Esprit Saint :

Daigne Seigneur, répandre ta grâce en nos âmes,
Par le message de l'ange tu nous as fait connaître l'Incarnation de ton Fils bien aimé,
Conduis-nous par sa passion et par sa croix
Jusqu’à la gloire de la résurrection… Amen !

Category:
French