Prier les mystères douloureux avec saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars

L’agonie

« Jésus dit à ses apôtres : Mon âme est très triste jusqu'à la mort; restez ici et veillez avec moi. » (Mt 26, 38)

Nous voyons que Jésus Christ lui-même a cherché quelques consolations dans ses peines, lorsqu'il alla trouver ses apôtres en leur disant: « Mon âme est triste jusqu'à la mort » et lorsque, étant sur la croix, il dit aussi : « Mon Père, pourquoi m'as-tu abandonné ? » Ce n'est pas qu'il eut besoin de secours, mais seulement pour nous montrer qu'il n'est pas défendu de chercher quelque soulagement dans nos maladies, et quelques consolations dans nos peines.

Soutiens, Seigneur, tous ceux qui ploient sous le poids de l'angoisse et de la violence.


La Flagellation

« Pilate dit : Il n'y a rien dans ce qu'il a commis qui mérite la mort; donc après l'avoir châtié, je le relâcherai. » (Lc 23, 16)

Dieu veut que nous unissions nos pénitences aux siennes, et que nous considérions combien il a souffert pour rendre les nôtres méritoires. Hélas, ne nous y trompons pas; sans les souffrances de Jésus Christ, tout ce que nous aurions pu faire n'aurait jamais pu satisfaire pour le moindre de nos péchés. Ah ! Mon Dieu, que nous vous sommes redevables de ce grand acte de miséricorde envers de misérables ingrats !

Dans nos épreuves, donne-nous Seigneur de savoir souffrir avec toi, pour ressusciter avec toi.


Le couronnement d’épines

« Ayant dévêtu Jésus, ils lui mirent une chlamyde écarlate puis, ayant tressé une couronne d'épines, ils la mirent sur sa tête. » (Mt 27, 28-29)

Jésus Christ ne semble-t-il pas nous dire du haut de cette croix où il est attaché : « Ah ! Mes enfants, voyez et considérez s'il y a une douleur semblable à la mienne; voyez et considérez combien le péché est énorme et mon amour immense; voyez ce pauvre corps tout en lambeaux et meurtri par les souffrances de ma douloureuse passion; voyez cette tête percée d'horribles épines ! Ah ! Chrétiens, pouvez-vous bien considérer ce corps tout couvert de plaies, sans pleurer vos péchés qui en sont la cause ? »

Soutiens et fortifie les infirmes, Seigneur, et soulage leur maladie ; accorde à tous le pardon de leurs péchés.


Le portement de croix

« Les Juifs prirent Jésus et, portant lui-même la croix, il sortit vers le lieu dit du Crâne. » (Jn 19, 16-17)

Jésus avait été traîné par les rues de Jérusalem, chargé d'une croix qui le faisait tomber à chaque pas; son sang arrosait les pierres où il passait et, à mesure qu'il tombait, les bourreaux le relevaient à coups de pieds et de bâtons; ils avaient fini par le crucifier et, bien loin de se venger de tant d'outrages, Jésus n'avait cessé de prier pour eux.

Permets, Seigneur, à tes fidèles, de participer à ta Passion dans leurs épreuves.


Le crucifiement et la mort de Jésus

« Deux brigands sont crucifiés avec Jésus… Les passants l'injuriaient en hochant la tête. » (Mt 27, 38-39)

Regardez donc Celui qui est mort sur cette croix, demandez-lui donc s'il a eu honte d'être méprisé, et de mourir de la manière la plus honteuse sur cette croix infâme. Ah ! Ingrats que nous sommes envers Dieu, qui semble trouver sa gloire à faire publier de siècle en siècle qu'il nous choisissait pour ses enfants.

Suspendu à la croix, tu as pardonné au larron repentant; pardonne-nous, nous qui sommes pécheurs.


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux


Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
French