Prier les Mystères Douloureux avec saint Bernard

L’agonie

« Entré en agonie, Jésus priait plus intensément ; et sa sueur devint comme des caillots de sang tombant à terre. » (Luc 22, 44)

Plaise au ciel qu'une goutte du sang qui coule dans ton agonie arrive jusqu'à notre terre, que notre cœur s'ouvre pour la boire, et qu'elle crie vers toi et avec toi vers ton Père, plus éloquemment que le sang d'Abel. (Méditation sur la passion et la résurrection du Seigneur, II)

Seigneur Jésus, nous te prions. À l’heure de notre mort, lorsque l’angoisse étreindra notre cœur, qu’il te plaise de nous secourir, en nous fortifiant par la confiance en ta miséricorde.


La flagellation

« Ayant fait flageller Jésus, Pilate le livra pour être crucifié. » (Matthieu 27, 26)

Rentre dans ton cœur, ô vieil Adam, vois en quel lieu et comment t'a cherché et trouvé le nouvel Adam. Il t'a montré dans son corps les ignominies de ton âme. Ce ne fut pas assez pour lui de courir après toi qui le fuyais, par la voie des soufflets, des fouets, et par de nouvelles moqueries, en criant et gémissant. Arrivé au dernier supplice, il te trouva et te saisit rendant presque l'âme. (Méditation sur la passion et la résurrection du Seigneur, VI)

Pour tous ceux que personne n’écoute, qui se battent pour continuer à vivre, que le péché accable. Que le sang de Jésus répandu pour eux vivifie leur cœur.


Le couronnement d’épines

« Ayant tressé une couronne d’épines, les soldats la mirent sur sa tête. » (Matthieu 27, 29)

Tressant une couronne d'épines, on la place sur sa tête, comme sur ce qui a été volé aux pauvres, on y met les richesses qui piquent comme des épines, et on élève son chef au-dessus du royaume de l’orgueil. (Méditation sur la passion et la résurrection du Seigneur, V)

Guéris en nous, Seigneur Jésus, par l’exemple de ton humilité, la folie de notre orgueil ; et puisque la grandeur de tes plaies nous dit clairement que nous avons besoin d’un Rédempteur, que ton remède nous fasse savoir que nous l’avons déjà obtenu.


Le portement de croix

« Portant lui-même la croix, Jésus sortit vers le lieu dit du Crâne. » (Jean 19, 17)

Ce qui met le mieux en lumière la patience du Christ et son humilité, c’est qu’il s’est livré lui-même à la mort, qu’il a porté les péchés d’un grand nombre, intercédant même pour les coupables, afin qu’ils ne périssent pas. (Sermon pour le mercredi saint)

Convertis, Seigneur, tous ceux qui cherchent un bouc émissaire pour résoudre leurs malaises et leur angoisse. Accorde-leur la grâce de recevoir ton pardon.


Le crucifiement et la mort de Jésus

« Pilate livra Jésus aux Juifs pour qu’il soit crucifié. » (Jean 19, 16)

Ce fut le sixième jour de la semaine qu'il racheta l'homme sur la croix, le même jour que, dans le principe, il l'avait créé, et le lendemain il entra dans le sabbat du tombeau, pour s'y reposer de l'œuvre qu'il venait d'achever. (Sermon pour le jour de Pâques, 8)

Accorde-nous, Seigneur, de ne pas oublier de te rendre grâces pour le salut que tu nous as apporté, pour tout ce que tu as souffert pour nous.


Dans un même esprit :
Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux

Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
French