Prier les Mystères Douloureux avec Benoît XVI

L’agonie

« Père si tu le veux éloigne de moi cette coupe ; mais non pas ma volonté, mais la tienne. (Lc 22, 42)

Jésus, avec son âme humaine, est terrorisé face à cette réalité, qu'il perçoit dans toute sa cruauté : ma volonté serait de ne pas boire cette coupe, mais ma volonté est soumise à ta volonté, à la volonté de Dieu, à la volonté du Père, qui est également la véritable volonté du Fils. Et ainsi, Jésus transforme, dans cette prière, l'aversion naturelle, l'aversion pour la coupe, pour sa mission de mourir pour nous; il transforme sa volonté naturelle en volonté de Dieu, dans un «oui» à la volonté de Dieu. (Audience générale, 20 avril 2011)

Prions pour les missionnaires de l'Ordre. Que l'union à la volonté du Père soutienne leur apostolat difficile.


La flagellation

« Pilate prit alors Jésus et le fit flageller. (Jn 19, 1)

La flagellation était la punition qui, dans le droit pénal romain, était infligée comme châtiment accompagnant la condamnation à mort. Selon Jean, celle-ci apparaît comme un acte accompli durant l'interrogatoire — une mesure que le préfet, en vertu de son pouvoir de police, était autorisé à prendre. C'était une punition extrêmement barbare ; le condamné « était frappé par plusieurs bourreaux jusqu'à ce qu'ils soient fatigués et que la chair du délinquant pende en lambeaux sanguinolents. » (Joseph Ratzinger, Jésus de Nazareth, De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection, Tome 2, Éditions du Rocher, 2011)

Prions pour les hospitaliers du pèlerinage du Rosaire. Que la contemplation de la passion de Jésus soit pour eux source de compassion pour les malades.


Le couronnement d’épines

« Ayant tressé une couronne d'épines, les soldats la mirent sur sa tête. (Mt 27, 29)

C'est en Marie que Dieu imprime son image, l'image de Celui qui suit la brebis égarée jusque dans les montagnes et parmi les épines et les ronces des péchés de ce monde, se laissant blesser par la couronne d'épines de ces péchés, pour prendre la brebis sur ses épaules et la ramener à la maison. (Homélie, 8 décembre 2005)

Prions pour les pécheurs, pour lesquels saint Dominique lançait son cri vers Dieu.


Le portement de croix

« Celui-ci, portant lui-même sa croix, sortit de la ville pour se rendre à l'endroit appelé Lieu du Crâne. » (Jn 19, 17)

Dans notre monde actuel, où semblent dominer les forces qui divisent et détruisent, le Christ ne cesse de proposer à tous son invitation claire : celui qui veut être mon disciple doit renier son égoïsme et porter la croix avec moi. Invoquons l'aide de la Sainte Vierge, qui la première, et jusqu'au bout, a suivi Jésus sur le chemin de la croix. (Angelus, 31 août 2008)

Prions pour que lorsque nous sommes dans l'épreuve, la Vierge glorieuse, la Vierge bienheureuse, nous délivre toujours de tous les dangers.


Le crucifiement et la mort de Jésus

« Au pied de la croix se trouvait Marie. » (Jn 19, 25)

La douleur de Marie forme un tout avec celle de son Fils. C'est une douleur pleine de foi et d'amour. La Vierge sur la Calvaire participe à la puissance salvifique de la souffrance du Christ, unissant son « fiat », son « oui », à celui de son Fils. (Angelus, 17 septembre 2006)

Prions pour les frères et sœurs qui participent, parfois au risque de leur vie, à promouvoir la dignité humaine.

 

Dans un même esprit :
Les Mystères Joyeux, Les Mystères Lumineux et Les Mystères Glorieux


Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

Category:
French