D’un seul regard, aux Sources de la Foi !

Homélie prêchée lors du Pèlerinage du Rosaire, le mercredi 2 octobre 2012, à la messe des Commissaires et des Hôtesses.


Regard ! Être vu ou ne pas voir ! Être remarqué ou être empêché, surpris, transformé ; un regard dit beaucoup ! Un regard peut beaucoup. A Lourdes, Bernadette ne fut-elle pas transformée par celui de la Dame qui la regardait comme une personne ?

Dans l’aventure d’un pèlerin à Lourdes, le regard compte. Il rejoint aujourd’hui celui de Jésus, celui des disciples et celui d’un aveugle aussi (Jn 9).

Car aujourd’hui, avant le jour, commencent nos pas. Avant, ils nous ont dirigés vers le Sauveur. Maintenant nous sommes auprès du Seigneur, à ses pieds, écoutant sa parole.

Et Jésus va nous transformer. Il a quatre jours pour y parvenir. Mais chacun sait qu’il peut aller plus vite que cela. Notre cœur est prêt. Et s’il ne l’était encore, le Seigneur va s’en occuper, comme il le fit pour les yeux de l’aveugle-né ; et la lumière rayonnera !

Mais comment va-t-il faire ? Puisque nous sommes concernés – n’est-ce pas aussi notre pèlerinage ? – regardons Jésus autant que nous l’écoutons.

Le Seigneur passe ! Il va se manifester comme la source de notre foi. Il va l’irriguer, dissiper nos ténèbres : comme un cierge fragile qui oscille dans une nuit d’automne, ou vacille dans l’aurore que le brouillard étouffe…

Jésus avance. Il voit un malheureux et les disciples aussi. De l’autre côté, il en va autant : les pas s’entendent, la rumeur se répand : Jésus est là. Jésus voit ; et son regard rendra la vue. Les disciples voient et ils sombrent dans l’incompréhension : ils ne perçoivent pas : pourquoi, comment celui-ci peut-il être né aveugle ?

Aveugles, ils le sont quelque peu eux aussi …

Mais leur regard interroge Dieu. Leur regard sollicite Dieu ; il attend tout de lui. Alors Dieu crée ! Et la lumière fut ! Dieu prend de la boue et façonne un croyant, un croyant qui voit tout, un croyant qui demeure, un croyant incompris parfois, un croyant éprouvé un jour, un fils de la lumière pour toujours !

Votre réveil ce matin, votre regard ce matin, vos pas ce matin ont aussi permis cette rencontre avec le Seigneur.

Son regard a croisé le vôtre. Et il va vous relever.

Désormais, et pas seulement pour aujourd’hui, ce regard vous précédera en tout. Mais il vous rappellera aussi qu’il reflète celui de Dieu. Il vous reliera à Dieu, qui demeurera à l’aplomb de votre cœur, afin de vous guider comme ses envoyés. Les piscines n’attendent-elles pas celles et ceux qui sont des envoyés de Celui qui est la Lumière née de la Lumière, la lumière du monde.

Envoyés oui, car la foi n’est pas pour soi seul ! Mais que lavés par la grâce de Dieu, le regard purifié, nous confessions devant Dieu et devant les hommes : oui, c’est bien moi à qui ce matin le Seigneur a ouvert les yeux. Et c’est pour cela que je sais vous aimer, autant que je crois en lui !

Category:
French