L’Annonciation et le Psaume 39

Du grand mystère de l’Annonciation retenons 2 facettes inséparables illustrées par 2 versets du psaume 39 :


1°) D’un grand espoir j’espérais le Seigneur,
Il s’est penché vers moi pour entendre mon cri.
(v.2)

C’est la face « mariale » qui correspond à l’appellation ‘L’Annonciation de la Ste Vierge’ qui était le nom de la Solennité de l’Annonciation jusqu’à Vatican II.

C’est Marie qui parle, qui raconte. Son espérance est immense, exprimée par les mots redoublés ‘espoir’, ‘espérer’. C’est l’espérance de tout Israël qui attend le Messie, le Sauveur, annoncé par les prophètes.

Et voilà que le Seigneur s’est penché vers elle (elle le redira à Élisabeth en chantant son Magnificat), pour entendre son cri. Là encore, c’est vers tout le peuple d’Israël que le Seigneur se penche.

Comme au temps de Moïse le Seigneur entend son peuple crier vers lui et se laisse toucher par sa misère ; il lui envoie un Sauveur (cf Ex 2,24).


2°) Alors j’ai dit : Voici je viens.
Dans le livre est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse.
(v.8-9)

C’est la face « christique », mise en lumière par le nom liturgique de la même Solennité depuis Vatican II : L’Annonciation du Seigneur.

A l’appel de son peuple, Dieu répond en envoyant son Fils qui dit « Voici je viens » ; en d’autres termes « Et le Verbe s’est fait chair… ».

C’est l’Incarnation du Fils de Dieu qui se fait Serviteur et qui sera obéissant jusqu’à la mort.


** Rendons grâce au Seigneur pour le Salut que nous vaut le sacrifice de son obéissance.

** Confions à l’intercession de Marie tous ceux qui attendent un Sauveur. Qu’elle leur communique quelque chose de son Espérance.

Category:
French