La Flagellation et le Psaume 87

La flagellation fut un terrible châtiment qui a comme achevé l’Homme-Jésus, au point qu’il n’avait plus visage d’homme (voir Isaïe 52, le 4° chant du Serviteur).


Le psaume 87 évoque bien la dureté et la longue durée de la souffrance corporelle, il nous fait marcher avec Jésus :

Seigneur mon Dieu et mon salut, en cette nuit où je crie en ta présence… (v.1)

Au départ, c’est la confiance de l’Homme-Dieu qui s’exprime et que l’on retrouvera dans plusieurs versets (3.10.14) comme durant le chemin de Croix.

Je suis comme un homme fini… Tu éloignes de moi mes amis, tu m’as rendu abominable pour eux… Malheureux, frappé à mort depuis l’enfance… (v.5.9.16)

La flagellation a épuisé Jésus qui s’est donné à fond depuis l’enfance ; elle est le début de sa kénose, de son abaissement. Et cette flagellation dure, dure…

Ma compagne c’est la ténèbre… (v.19) dit Jésus Lumière du monde.


** Jésus, par sa souffrance et sa mort a voulu payer pour nous la rançon du péché, rendons lui grâce ; et que notre prière, devant l’effroi d’une vie qui finit soit, dans le cœur du Christ et auprès de Marie, un appel à la Résurrection.

** Avec Marie qui a accompagné Jésus en ces heures de grande souffrance, prions pour ceux qui cheminent vers la mort, meurtris par les maux de toute une vie.

 

Category:
French